03/01/2015 : Nouvelle année et quête du bonheur #01 #2015projet52

Publié le par Lily

Bonjour à vous !

Autant entrer directement dans le vif du sujet, je profite du projet 52 et du thème de la semaine pour vous parler d'une notion qui est récurrente quasiment à chaque nouvelle année, à chaque rentrée, à chaque anniversaire, ou événement qui rappelle comme le temps passe : la quête du bonheur et où je me situe face à celle-ci.

Ne nous mentons pas, nous aspirons tous de manière consciente à être heureux et il n'y a rien de mal à ça ! Rechercher le bonheur, c'est normal.

Mais finalement, à 23 ans (ou presque) je réalise que je n'ai toujours pas vraiment défini ce qu'était le bonheur, donc comment savoir si je suis heureuse ?

Au collège, je pensais qu'être heureux c'était être comme mes autres camarades qui semblaient eux-mêmes heureux. Ce que je m'apprête à dire est très cliché, mais je regardais mes voisins de table, qui se semblaient se sentir bien dans leurs baskets (je dis bien semblaient, car les apparences sont trompeuses, mais ça à l'époque je ne le savais pas) qui apparaissaient sûrs d'eux, qui même parfois prenaient un plaisir à "humilier" les gosses qui n'étaient pas comme eux, et je les enviais. J'avais le sentiment qu'ils étaient heureux et que leur bonheur résultaient de peu de choses, mais qu'évidemment ces choses ils pouvaient les obtenir tandis que moi...

Un exemple : Une fille que nous appellerons Machine et qui au collège était très populaire avait le droit de se maquiller et de mettre des strings. Forcément pour moi, son bonheur résultait de sa popularité, qui résultait elle-même de la confiance qu'elle avait, parce qu'elle était jolie avec son maquillage dégoulinant sur la face et son string ultra vulgaire à ficelle qui dépassait de son jean. A cette période, j'en voulais à mes parents qui ne m'auraient jamais laissée sortir dans un état pareil (et désormais je les comprends).

Plus tard, au lycée, avec la crise d'adolescence, j'ai eu une période où je pensais que le bonheur ne m'était pas accessible. Et là encore, très superficiellement, je m'étais faite une fixette : si je voulais être heureuse, il fallait que j'ai un petit copain, plein d'amis avec qui faire la fête, et que je goûte à toutes ces expériences folles par lesquelles on devait forcément passer (d'après mes camarades de lycée). Oui je sais, ça ne volait pas très haut chez moi...

 

Arrivée à la majorité et jusqu'à qu'à il y a peu de temps encore, je m'étais mise en tête que le bonheur, ne serait complet que lorsque j'aurai atteint tous mes objectifs de vie. Au début, il s'agissait des études, j'ai pensé ensuite à avoir mon propre chez moi, ou même je visais dans un avenir lointain à fonder une famille... Quand j'y pense, je réalise à quel point c'est idiot, car cette façon de raisonner à entrevoir le bonheur seulement dans mes objectifs d'avenir, ça m'empêchait d'être heureuse dans le présent. Et puis j'ai finalement réalisé que je n'atteindrais jamais complètement mes objectifs de vie parce que ceux-ci évoluaient constamment, ce qui est normal d'ailleurs.

Pendant un long moment, et même parfois encore maintenant, je reste très dubitative, car à seulement la vingtaine, je trouve que la vie est parfois fatigante. Avoir tout le temps des épreuves à surmonter et me dire que cela sera comme ça toute ma vie me décourage et j'ai souvent tendance à penser que le bonheur ne peut pas être atteint dans ces conditions.

Mais parallèlement à ces réflexions, j'ai aussi découvert qu'il ne me fallait souvent pas grand chose pour être en joie, et que c'était peut-être ça le bonheur. Je ferai tout pour rendre ma vie confortable et meilleure, mais elle ne sera jamais parfaite, et je dois aussi savoir m'arrêter, souffler, regarder et réaliser ce qu'il y a autour de moi.

Donc pour conclure, mes objectifs je les continue et je ne les lâcherai pas, mais cette année, je veux prendre conscience du plaisir que j'ai à vivre tout simplement.

Pour conclure, je dirai qu'il y a une infinité de facettes du bonheur, que je n'ai même pas explorer en suface l'une d'entre elles et que j'ai dit beaucoup de généralités, mais ça fait du bien.  Le bonheur est très subjectif, je vous souhaite donc d'être heureux à votre façon car c'est la meilleure !

Est-ce que je suis heureuse ? Oui ! Malgré la passage à vide,malgré les événements tristes qui rythment la vie, malgré les les doutes et parfois la peur, je suis heureuse, et je compte bien l'être pendant longtemps (et par longtemps, j'ose espérer toujours !)

Cet article est très centré sur ma personne (égocentrisme, quand tu nous tiens !) mais j'espère qu'il vous aura invité à vous-même réfléchir sur votre vie. Si vous n'êtes pas exactement satisfaits, regardez ce qu'il y a autour de vous, peut-être réaliserez-vous que vous êtes déjà heureux !

Mon article avait auss ipour but d'introduire une série d'articles que je prévois de publier sur mon blog et que je nommerai "Instant bonheur" (très original je sais) dans lesquels je relaterai tout et n'importe quoi : des astuces, habitudes, produits qui contribuent à mon bonheur, j'espère que ça vous inspirera !

Et vous ? Qu'elle est votre définition du bonheur ? Vous pensez-vous heureux ?

Commenter cet article

octopus 04/01/2015 21:50

et flûte j'ai oublié de répondre (quelle tête de linotte) pour moi le bonheur c'est en accord entre son mode de vie et ses principes moraux et être entouré de personnes positives qui nous poussent vers le haut :) et surtout être CARPE DIEM :D alors oui je peux le dire: je suis heureuse ^^

octopus 04/01/2015 21:48

oh je vois que c'est bien plus qu'une photo en fin de compte! super chouette cet article :) félicitation! gros bisous!

Lily Superficielle 04/01/2015 21:51

merci c'est gentil ! à bientôt !

Bernieshoot 04/01/2015 07:54

La vie est une journée extraordinaire

Lily Superficielle 04/01/2015 14:24

Ah ! tu as résumé mon article en une phrase ;)